théâtre

Conception et réalisation de la scènographie et des accessoires pour Ignatius (création 2014) au Théâtre du Soleil, par le Théâtre du Voyageur.

affiche spectacle Ignatius au Thèâtre du Soleil,2014

Ignatius au théâtre du Soleil, Mai 2014

Ignatius au théâtre du Soleil, Mai 2014

Le maitre et Marguerite. marine porque

Le maitre et Marguerite. marine porque

marine porque

marine porque

marine porque

marine porque

marine porque

marine porque

marine porque

Le ventre de Shakespeare. marine porque

civp_30102009_2201

De nombreux décors réalisés pour le Théâtre du Voyageur à Asnières

Comme il vous plaira. W.S

Comme il vous plaira.W.S

Ignatius - le théâtre du voyageur

Ignatius – le théâtre du voyageur

le roi lear

le roi lear – le théâtre du voyageur

le roi Lear - Théâtre du Voyageur

le roi Lear – Théâtre du Voyageur

P1010508

Entrons plutôt dans la salle. Des rampes, des estrades, des toiles peintes : aucun doute nous sommes au théâtre. Un théâtre presque forain où chansons et saynètes vont se succéder à un train (forcément !) d’enfer. Certes la pièce y perd en profondeur, le roi (Mathieu Mottet) et son ennemi Hotspur (Siva Nagapattinam Kasi) se voyant du coup réduits à de simples pantins. Mais pour une fois que le rire est littéralement roi, on ne va pas chercher la petite bête.

Cette perte est d’ailleurs surtout sensible dans la première partie, où le prince (Arnaud Cottereau) est censé « hésiter » entre deux carrières : celle de roi et celle de voyou. On s’en console en riant aux pseudo-exploits de notre calamiteux coupe-jarret. Dernière remarque tout de même : pourquoi avoir traduit Sir John par ce curieux et bien plat « Sire Jean » ? Qu’importe ! Ceint, voir « enceint » d’un bide monstrueux, François Louis prête à l’énorme canaille ses traits et son jeu d’une grande finesse. C’est un formidable Falstaff.

L’adaptation lui fait d’ailleurs la part belle : on ne voit que lui. Tour à tour hâbleur puis penaud, viveur, cabot, escroc, pleutre, clochard, penseur, maquignon, grand seigneur, parasite, fou, sage, il incarne à merveille ce professeur de mauvaises manières, que le prince s’est choisi pour apprendre son métier de roi, c’est-à-dire d’homme. Sandrine Baumajs (Mme Vabontrain) lui oppose sa carrure de matrone au grand cœur, où elle excelle.

C’est aussi elle, soit dit en passant, qui a supervisé l’élaboration des costumes, tous plus déments les uns que les autres. Grâce lui soit rendue, ainsi qu’à Marine Porque qui a conçu les décors. Ces costumes, comme ces accessoires, sont une grande source de joie. Quel extraordinaire « déconnage » ! Je cite en vrac : une scène-radeau, des palanquins-tentes de plage, une grille portative, une arquebuse-girouette, des carrés de linoléum en guise de pas japonais, une tribune-ring de boxe, un Caddie-corbeille de linge sale, un bar-banquette et j’en passe.

Chantal Melior a retrouvé là une clé subtile mais essentielle de ce genre difficile qu’est la farce. Un curieux mélange de savoir-faire et de je-m’en-foutisme. Mais c’est surtout la formidable homogénéité de sa troupe qui frappe et emporte l’adhésion des spectateurs grands et petits. Saluons notamment celle des comparses de Falstaff, ces Pieds nickelés de la Renaissance. Du page (Véronique Blasek) à Pistol (Mathieu Mottet) en passant par Poins (Gautier Gaye) et Bardolphe (Tom Sandrin), ils sont tous uniques et tordants, avec des trognes à la Breughel faites au maquillage plus vraies que nature.

Ariane Lacquement tire le meilleur parti de sa Dolly, cœur d’artichaut, Florian Pellissier ronge son frein, comme tavernier loufoque, en attendant la seconde partie. Celle-ci va lui donner l’occasion de déployer tout son talent. Ses prestations dans le juge Levaseux, puis dans M. Dugué, sont d’un grand comique. Arnaud Cottereau lui emboîte le pas, campant, de son côté, un hilarant juriste à tête d’ahuri. Mathieu Mottet, lui, déchaîné, vibrionne dans tous les sens comme un diable sorti de sa boîte. Quel Pistol ! Sa lutte avec Dolly, la mère Vabontrain et Falstaff tient du numéro de music-hall.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s